Entretien avec Peter Baltes (Accept, ex Don Dokken)

Réalisé le 15 avril 2012 à Pratteln (CH) 

itwpb01

Après le succès de Blood Of The Nations, avez-vous ressenti une certaine pression lorsque vous avez commencé d’écrire pour Stalingrad ?

C’est une bonne question. Peut être un peu car nous voulions garder la même direction que nous avions prise pour Blood Of The Nations. La seule pression était principalement les délais pour la composition, sinon non.

Avez-vous utilisé des idées que vous aviez pour Blood Of The Nations sur Stalingrad ?

Non. On a essayé, mais nous voulions du neuf, et nous étions bien partis, donc on a laissé aller dans cette direction. Il ya sûrement une raison pour laquelle nous n’avons pas utilisé ces parties pour Blood Of The Nations…

Andy Sneap (producteur de BOTN et Stalingrad) a eu beaucoup d’influence sur la production de Blood Of The Nations, à quel point a-t-il été engagé dans la conception de Stalingrad ?

C’est devenu un ami maintenant, et c’est lui qui a amené le groupe dans la direction que nous avons prise Il nous a laissé faire ce qu’on voulait mais c’est son son qui rend les titres spéciaux, et qui fait sonner les titres old school mais moderne en même temps. Il a donc beaucoup compté dans la création de Stalingrad.

Peux-tu nous expliquer pourquoi avoir choisi ce titre, Stalingrad ?

En fait nous discutions tous ensemble dans le tour bus, et nous avions ce mot qui sonnait très métal, tu sais pour un titre d’album il faut quelque chose qui résonne, on a donc fait des recherches sur cette horrible bagarre de la deuxième guerre mondiale, et on a pensé à tout ces civils et soldates qui ont perdu la vie, et ce qu’on doit ressentir les dernières secondes, quand deux soldats qui sont en train de mourir se regardent, et savent que c’est fini, et qu’ils sont morts pour rien… et que personne ou presque ne se souviendra d’eux, et c’est de là que le nom est venu.

Est-ce vrai que Stalingrad aurait du être un concept album au début ?

Non, je ne sais pas d’où cela vient.

Pas forcément un concept en tous points mais un album avec un fil rouge…

Disons qu’on a écrit sur des sujets de choses horribles qui se sont passées, Stalingrad, le 11 septembre, mais ca n’en fait pas un album concept pour autant.

J’ai aussi entendu que vous avez eu des problèmes pour la pochette de l’album ?

On a eu environ je pense 30 designers qui ont soumis leurs idées, nous avions les nôtres également. Mais rien d’assez satisfaisant… le temps s’écoulait et nous n’avions rien, alors le label a décidé de faire cette pochette rouge, à laquelle nous avons ajouté les Flying V’s et voilà, ca fait une pochette metal.

Mark est Américain, j’imagine que cela n’a pas dû être facile pour lui d’écrire sur l’histoire de l’Europe…

Quand Wolf et moi nous écrivons, nous donnons un sujet, et il a fait des recherches, on en a tous fait. Il a fait un très bon boulot et a appris beaucoup de choses sur l’histoire Européenne.

Quelles sont les chansons de Stalingrad qui figurent sur la set list pour cette tournée ?

Parfois quand tu composes des chansons, certaines sont faites pour être jouées live. C’est dans cette idée qu’on écrit, mais des fois cela ne marche pas… Pour l’instant on joue Shadow Soldiers, Stalingrad et Hell Fire. L’album est très nouveau pour l’instant, donc on ne joue que ces trois là. Mais quand nous reviendrons cet automne les fans connaîtront mieux les titres et nous pourrons adapter le set.

itwpb02

A propos du set, vous avez un très large répertoire, comment vous choisissez les morceaux joués live ?

Il y a les incontournables classiques, si tu ne les joues pas *il claque son poing dans sa main* paf… et ensuite il y a les titres de Blood Of The Nations que tout le monde connait, donc qu’on joue, comme Teutonic Terror, et avec ca tu arrives facilement à 15 titres, ensuite il te reste quelques places pour les nouveaux. C’est comme cela qu’on structure le choix du set. Il y a plein de fans qui demandent pourquoi on ne change pas la set list tous les soirs, pour la rendre plus intéressante mais c’est pas aussi simple, c’est une grande production et avec les rampes sur scène, les lumières et tout qui est coordonné, les roadies qui ont leur set list pour savoir quand changer les guitares, on ne peut pas juste zapper un titre et dire « on y va »…

Le bonus de Stalingrad contient un DVD avec des extraits du festival Bang Your Head. Est-ce qu’il y a une sortie live de prévue du concert complet ? ou d’un autre concert éventuellement ?

Pour l’instant on ne sait pas, on aimerait avoir plus de matériel, personnellement je préférerais avoir un dvd d’un groupe qui ne contienne pas seulement une performance dans un petit club et c’est tout. Les goûts diffèrent et je pense que ce serait bien d’avoir des titres de Stalingrad également. Donc je pense qu’on attendra la fin de cette année. En 2013 on fera probablement plus de festivals alors ce serait la bonne année pour sortir ce genre de DVD.

C’est la troisième fois en deux ans que vous revenez au z7. Il semble que vous appréciez cette salle…

Oui on aime la nourriture (rires)… non sérieusement c’est une bonne salle, la scène est bien, je pense que quand tu vas a un concert tu as envie de voir un groupe qui se donne, qui transpire, de près. C’est ce qui est cool ici.

C’est juste. La dernière fois que vous étiez ici, vous avez joué l’album Restless and Wild dans son intégralité et il était prévu qu’un DVD sorte. Ca ne s’est pas fait, pourquoi ?

Bah finalement ca ne s’est pas fait… un changement de plan.


Avec cette longue carrière, tu dois avoir quelques bons souvenirs non ? Et des mauvais également…

J’ai trop de bons souvenirs pour n’en choisir qu’un mais le pire a été la séparation du groupe. C’était le pire, mais comme je l’ai expliqué hier, même si c’était nul sur le moment, les fans disent souvent vous devriez être avec Udo et tout, mais bon parfois certaines choses doivent finir pour laisser la place à d’autres. Qui peuvent même être meilleures. Comme des gens qui se marient, divorcent, et retrouvent une autre personne et leur vie est ensuite mieux. C’est ce qui s’est passé avec Accept. Nous avons eu une longue carrière et à la fin, plus personne n’avait la motivation et les albums n’étaient plus aussi bons, en plus le grunge est arrivé et on cherchait tous quoi faire. Je pense que c’était la bonne décision. Maintenant nous nous sentons comme un nouveau groupe et Blood Of The Nations est notre premier album, Stalingrad le second, qui est généralement important dans l’histoire d’un groupe, et tout ce qui s’est passé auparavant, on en garde un bon souvenir, nous avons accompli de grandes choses, mais désormais on regarde vers le futur, c’est ce qu’il y a de mieux à faire.

itwpb03

Tu chantais sur certains titres sur les anciens albums, avez-vous envisagé que tu le refasses sur les albums de cette formation, ou un duo avec Mark ?

Peut être dans le futur, mais pour l’instant c’est inapproprié, Mark a une voix claire et il peut très bien chanter ce genre de titres, je l’ai fait a l’époque car Udo ne pouvais pas chanter de cette manière. Je pense que c’est inutile pour l’instant.

Et un album solo, plus orienté hard rock ?

Pour l’instant non, peut être dans le futur, ce serait sympa.

Comment t’es tu retrouvé à jouer avec Don Dokken et son groupe formé de super stars sur son album solo Up From The Ashes ? Quels souvenirs en gardes tu ?

J’ai joué sur le premier album de Dokken en fait, Breaking The Chains. On se connaît depuis là et il m’a appelé et m’a demandé si cela m’intéressait. J’ai dit oui pourquoi pas… Je ne faisais rien a ce moment. Mais  ce n’était pas mon truc, Hollywood… mais j’en ai des bons souvenirs.


Avant la réunion d’Accept, j’ai entendu que tu avais un boulot dans une société qui fait des jingles pour la télévision, est ce que tu as gardé ce boulot ou Accept te prend tout ton temps ?

Oui je le fais toujours, et ca me plait énormément. Je fais de la pub aux Etats Unis pour les films et tout ça. Et c’est un bon boulot à côté.

Le fameux dernier mot pour les fans et nos lecteurs ?


Euhh je suis toujours vivant… c’est cool  (rires) non mais sérieusement, nous sommes très reconnaissants, on aime nos fans et on garde à l’esprit que sans fans il n’y a pas de groupe. Nous essayons en tant qu’artistes de composer ce qui plaira à nos fans. C’est un challenge mais on aime ça. Et on passe du bon temps… 

un grand merci a Marc qui a fait l'interview, ainsi qu'a Flo et Frank du staff d'Accept, et bien sur à Peter pour sa disponibilité et sa gentillesse... toutes les photos (C) CK pour Hard Metal Goth 15 avril 2012

----------


Entretien avec Richie Kotzen

(ex Poison, Mr.Big, Solo)

Réalisé le 02 mars 2012 à Aarburg (CH)

Richie_Kotzen_Interview_10_1

Ton premier contrat était avec Shrapnel c’est juste? comment est ce que tu as commencé chez eux ?

Tout est parti d’une rubrique dans Guitar Player Magazine, qui s’appellait « spotlight and new talents » (littéralement projecteurs et nouveaux talents). Tu pouvais envoyer tes démos au magazine, et chaque mois il choisissaient quelques unes de ces demos pour les mettre dans cette rubrique. J’y ai paru quand j’avais 17 ans. L’année d’après lorsque j’ai eu mon diplôme, j’ai également obtenu mon premier deal avec la compagnie.


Plus tard tu as rejoint Poison, et ensuite Mr.Big… est ce que tu pense que cela t’a aidé a te débarasser de l’étiquette de shredder que tu avais, et que tu as pu montrer également tes talents
de compositeur ?

Oui, je pense que c’est ce qui m’a aidé à decrocher le deal avec ces groupes. Les deux cherchaient quelqu’un qui soit capable de composer et pas seulement de jouer. Beaucoup de gars savent jouer ce que quelqu’un d’autre compose mais ne savent pas composer. Donc oui cela m’a beaucoup aidé.


Dans ta longue carrière tu as experimenté beaucoup de styles différents. Que dirais tu aux gens qui te le reprochent ?

Je ne sais pas, je ne dirais pas que j’experimente, j’ai commencé d’enregistrer quand j’avais 17 ans. J’en ai 42 maintenant. Je pense que je serais devenu dingue a m’enfermer dans un seul style. Je pense que beaucoup de groupes n’ont pas ça, je veux dire ils ont leur heure de gloire et c’est fini. Je ne me voyais pas faire ça. Je dirais que c’est plus une évolution musicale naturelle…


Tu as collaboré avec beaucoup de musiciens, tous d’horizons musicaux différents. Lesquels t’ont le plus marqué et pourquoi ?

J’ai acquis de l’expérience de chacun d’entre eux. Sur mon premier album j’ai joué avec Steve Smith et j’ai beaucoup appris de lui, ensuite être avec un groupe comme Poison, qui n’était pas connu pour son entente musicale, mais il y a eu d’autres aspects desquels j’ai appris en bossant avec eux.  Dans chaque situation dans laquelle j’ai été, je pense avoir été capable d’en ressortir quelque chose de positif.


Tu n’as pas de regrets ?
Non. J’ai chaque fois eu de nouvelles expériences. Peu importe si c’était une bonne ou mauvaise situation.


Est-ce qu’il y a un (des) artistes avec lequel tu n’as pas encore travaillé et avec qui tu aimerais concrétiser une collaboration ?
Non, on me pose souvent cette question mais je ne pense pas de cette manière tu sais. Je compose plus au feeling, par rapport à des évènements ou des choses qui se passent, je me pose et j’écris. Je ne fais pas de plans ou ne réfléchit pas trop à ça.


Maintenant que John Sykes est parti, qu’advient-il de ton projet avec Mike Portnoy et Billy Sheehan ?

Richie_Kotzen_Interview_12

On s’est vus et on travaille sur quelques idées. Je connais Billy depuis longtemps c’est un bon ami et un super musicien. J’ai récemment rencontré Mike, c’est un mec super et un très bon batteur aussi. Ils m’ont approché pour collaborer, bon nous n’en sommes qu’au début, avec quelques idées et nous sommes inspirés, mais cela prendra du temps au vu de nos engagements respectifs. Mais je pense que lorsque cela sera fini, ça va être cool.



Dans ta vaste discographie, de quel(s) album (s) voudrais tu que l’on se souvienne en particulier et pourquoi ?
Into The Black certainement, car c’est le plus personnel de mes albums. Je n’étais pas lié à un label et il a un côté très honnête que j’aime beaucoup. Il y a pas mal de morceaux de cet album que nous jouons sur cette tournée, je voulais changer la set list car nous avons un choix énorme sur tous les albums donc on va jouer des titres qui n’ont jamais été interpretés en live.

En regardant en arrière, quels sont tes meilleurs souvenirs depuis tes débuts?

Il y en a beaucoup, je me souviens quand j’étais jeune ado, j’avais un groupe de reprise et on écumait les scènes dans notre région. J’en garde de très bons souvenirs, l’époque de l’innocence, et de l’excitation des débuts également. Je n’avais encore rien fait d’autre que de jouer avec mon groupe de reprises. Mais mon moment préféré est sans aucun doute toujours quand j’ai une nouvelle idée, que je la développe et ensuite j’entends la version finie. Je pense que c’est mon côté préféré du travail


Ton back catalogue est impressionnant, et tous les albums, plus les best of et autres compilations sont sortis sur différents labels, n’est ce pas un peu galère a gérer ?
Bah ce n’est pas moi qui m’en occupe. Depuis Into The Black, tout sort sur mon propre label, donc j’ai la main dessus, et ce qui est avant… bah c’est avant… (sourire) donc tant pis quoi…


Comme tu es principalement connu en tant que guitariste, je ne vais pas te demander tes influences en tant que tel mais plutôt comme chanteur ?
Tous les gens qui achètent mes albums solo savent que je chante également mais dans mes influences en tant que chanteur je dirais Paul Rodgers (ex Free). Il est ma plus grande influence dans le rock. Stevie Wonder aussi. Quand j’ai commencé, Terence Trent D’Arby était très populaire et j’étais beaucoup dans sa musique, et sa façon de chanter, j’aimais beaucoup le fait que malgré qu’il soit un chanteur de Rn’B, il pouvait avoir cette attitude rock. Il est un de mes préférés et une de mes plus grandes influences.

Tes projets après la tournée ?
Euh… encore une tournée (rires), non sérieusement c’est ce que je fais le mieux alors…  on verra (sourire)


Un dernier mot pour nos lecteurs ?
Merci pour votre soutien, pour venir aux concerts et tout… merci beaucoup

Richie_Kotzen_Interview_15

Un grand merci a Richie pour sa disponibilité, à Jerome, son manager, ainsi qu'a Steph (pho

tos) et Marc, qui m'a aidé a préparer l'interview


-------------------------------


Entretien avec Mike Tramp

(ex White Lion, Freak Of Nature, Rock N'Roll Circuz)

Réalisé le 08 novembre 2011 à Pratteln (CH)

 

itwmike1Pourquoi avoir mis White Lion en stand-by après l'excellent "Return Of The Pride"?

En regardant en arrière je regrette presque d’avoir reformé White Lion, ce n’était pas une bonne idée mais je l’ai fait car je pensais que c’était la seule option que j’avais alors, comme si tout le monde voulait m’empêcher de passer à autre chose. On a fait d’excellents shows avec le nouveau line up de White Lion mais je ne continuerai pas sous ce nom. Quand j’écoute Return Of The Pride maintenant, c’est un album que j’aime beaucoup mais je trouve qu’il n’a pas la marque White Lion. Je me sentirais mieux s’il était sorti sous un autre nom. 

Peux-tu nous expliquer le nom que tu as choisi, Rock N’Roll Circuz ?

J’étais sur le point d’enregistrer un nouvel album et je cherchais vraiment à former un groupe, dans l’esprit, plus que sur mes précédents albums, et comparer le rock à un cirque c’est une expression que j’ai utilisée dans bien des situations, c’est donc ce nom-là qui est resté naturellement. Ce n’est pas le nom le plus fantastique de l’histoire mais ça collait bien c’est plus une description qu’un nom. Bon, pour l’instant on ne sait pas encore qui portera le nez rouge (rires)…

 

Et donc tu as changé tout le line up, par rapport à White Lion, excepté Claus (Langeskow, le bassiste)…  

Depuis 2000 j’ai enregistré tous mes albums à Copenhague, je profitais d’être au Danemark pour rendre visite à ma famille également mais il fallait que je bosse. J’ai donc enregistré là-bas. Je connais Claus depuis longtemps, ainsi que Soren (guitariste de RnR’Circuz) et on parlait d’une collaboration depuis un bon moment. On a bien joué quelquefois ensemble auparavant mais il n’en est jamais rien sorti de sérieux. Et l’occasion ne s’était jamais présentée jusqu’à 2009. C’est là que ça s’est décidé.

itwmike4

Sur tes albums solos tes textes sont plus personnels que dans White Lion, comment appréhende tu leur écriture? Je pense notamment à  « The Soldier Never Starts A War », titre très réussi de Stand Your Ground, y’a-t-il un parallèle entre le soldat de la chanson qui abandonne ses rêves pour partir en guerre et toi, car je me souviens d’une interview ou tu disais que tu aurais aimé faire carrière dans le foot…

(Mike rigole…) Non il n’y en a pas vraiment mais j’apprécie que tu fasses la comparaison. Ce qui est bien dans les paroles c’est que chaque auditeur peut les interpréter à sa façon. Je suis Européen et j’ai donc été élevé d’une certaine manière, et quand je suis arrivé aux Etats Unis, pour démarrer White Lion, la plupart des gens étaient persuadés que juste avec les mots « sexe, drogues et rock n’roll » tu as un album, mais ce n’était pas mon genre...

Tu n’étais pas fait pour Poison alors…

Euh non pas vraiment (sourire) c’est pour ça que quand tu écoutes Fight To Survive par exemple, à l’exception de Broken Heart, il n’y a pas de chansons dans cet esprit-là. Nos textes parlent de plein de sujets différents, Little Fighter ou All The Fallen Men sont des hommages aux soldats, Cherokee parle des Indiens d’Amérique. J’ai toujours préféré écrire sur des sujets plus profonds, ou tristes. Ça me correspond plus et cela me vient naturellement. Sur Mane Attraction il y a War Song par exemple, qui parle de la guerre également, le pourquoi mais aussi l’après. Quand les soldats reviennent au pays, ils sont oubliés. Ils devraient être beaucoup plus considérés et respectés. Je n’ai pas été élevé dans cet esprit-là, c’est donc plus simple pour moi de prendre ce parti plutôt que de me limiter à l’adage sexe drogues et rock, je sais que cela fait partie du business mais ça ne m’as jamais attiré plus que ça. Je n’essaie pas d’effacer ce côté mais juste de contribuer à garder le rock n’roll en vie, musicalement, car de nos jours, le superficiel domine, et je ne tiens pas à en faire partie. 

itwmike5

Revenons à l’après White Lion, que penses-tu, avec le recul, de l'aventure Freak Of Nature?

Freak Of Nature, c’était le point culminant de ma carrière, jusqu’à maintenant ou j’ai retrouvé une alchimie avec ce groupe. Mon rêve c’était White Lion, évidemment, mais quand nous sommes arrivés au top, j’ai réalisé que ce n’était pas ça que je voulais, j’étais malheureux et le groupe n’en était pas un, c’était chacun pour soi. Avec Freak Of Nature c’était ma priorité quand j’ai commencé, d’avoir un vrai groupe soudé, ce que nous étions. Mais c’est aussi pour ça qu’après les deux albums que nous avons sorti, et que le climat a commencé de se dégrader, j’ai préféré arrêter plutôt que de trouver des remplaçants, cela n’aurait pas été pareil.


Peux-tu partager quelques souvenirs au sujet de tes albums solo?

Je résumerais simplement à dire que peu importe le groupe dans lequel je joue, Mike Tramp sera toujours Mike Tramp. Je pense avoir réussi à garder une continuité et un style qui soient reconnaissable. Mes albums solos sont qui je suis. Contrairement à d’autres je ne fais pas une carrière solo pour être quelqu’un de différent. Avec Rock N’Roll Circuz, nous sommes quatre, et chacun apporte sa pierre à l’édifice et l’impact est donc plus grand.

 

Tu es un musicien accompli, avec une carrière que beaucoup souhaiteraient, mais y’a-t-il

quelque chose que tu souhaites faire mais que tu n’as pas encore eu le temps ou la

possibilité ? 

Je dirais que j’aurais voulu être au top avec l’état d’esprit et le groupe que j’ai maintenant. J’ai appris de mes erreurs et des hauts et des bas dans ma carrière. Le plus important pour moi, même si je n’ai pas de délai pour arrêter ma carrière, ce que je souhaite le plus c’est continuer la musique tant que cela me plaira, et non pas « parce qu’il faut payer le loyer » mais je ne pense pas que cela arrivera, j’ai cette musique et ces chansons en moi,  et je ressens le besoin de les partager 

Tu es né pour être sur scène en somme….

itwmike3

Oui, exactement, et lorsque je ne serai plus au top, je veux finir sur un point culminant, personnellement parlant.

Tu as enregistré une chanson hommage à RJ DIO, et contrairement à d'autre artistes, elle était disponible gratuitement sur ton site, c’est tout à ton honneur car d’autres artistes en ont tiré profit, je suppose qu’il a eu une grande influence sur toi ?

Oui, quand j’ai commencé d’écouter Rainbow, et Black Sabbath ensuite, je me suis rendu compte que tout ce qu’il touchait, il y apposait son empreinte. Pour moi il a donné un côté plus blues au hard rock, c’est un des seuls chanteurs, si ce n’est le seul, capable de passer d’un registre à l’autre. J’ai eu la chance en 1993 avec Freak Of Nature, nous avons ouvert pour Dio. On a passé des moments géniaux avec. Il était exactement comme on le décrivait, son attention aux petits détails, son attitude et sa façon d’être. C’était un gentleman.  

J’ai eu la chance de le rencontrer à quelques reprises, je t’approuve totalement.

Tu m’étonnes.... J’ai voulu faire un hommage particulier en reprenant une partie de ses titres, et de ses paroles, dans ma propre chanson, car pour moi, chaque titre aurait pu faire un film à lui tout seul, ou le titre d’un livre, et donne matière à travailler. J’ai dû m’arrêter à quatre couplets, j’aurais pu en écrire dix, mais j’ai pris dans les titres que j’apprécie, plutôt que dans les standards, ceux qui te donnent l’impression de te retrouver dans un conte. Beaucoup de gens ont essayé de le copier mais personne n’a jamais réussi. Quand il a rejoint Black Sabbath, il a contribué à deux des plus grands si ce n’est les plus grands albums du heavy metal… pour moi Mob Rules et Heaven & Hell sont le top du top, et ne pourront pas être égalés. 

Revenons à la tournée, comment se passe telle pour l'instant?

C’est une autre page du cirque, un côté qui n’a jamais changé, malgré l’évolution du monde… D’un côté on a envoyé des navettes spatiales sur la lune des centaines de fois depuis le début du rock, mais au final rien n’a changé. Tu arrives toujours dans des clubs où le propriétaire essaie de t’arnaquer, ou le son ne fonctionne pas, ou il n’y a pas de toilettes… En fait on aime bien quand ça part de travers, quand tout va bien on ne sait pas comment se comporter (rires). Tu vois avec White Lion, on avait tout, mais c’est les années passées à se battre pour arriver à quelque chose qui étaient bien. Ensuite, on est arrivé au top, les hôtels cinq étoiles, les loges qui faisaient la taille d’une salle, mais on s’est cassé la gueule. Avec RnR Circuz on a enregistré en une semaine, on ne cherchait pas la perfection, mais l’authenticité et l’atmosphère de quelque chose de nouveau. Ce qui importe le plus c’est les albums et la scène… le reste….

 

itwmike2

Que prépares-tu après cette tournée?

Bon on va laisser passer Noël, et après on se mettra à préparer le nouvel album.

Déjà ?

Je ne sais pas exactement quand, mais oui, nous aimerions bien sortir un album par an, ça dépendra de l’inspiration. Ce qui est le mieux c’est que l’on ne dépend pas d’une maison de disques, d’un producteur. Nous ne sommes que les quatre à nous investir dans l’album, donc on fait comme on le souhaite, à notre rythme.  J’ai tenté de l’expliquer à ma femme, en comparant la vie sans musique, au fait d’être enfermé dans un placard sans oxygène, et que quelqu’un t’ouvre juste au moment où tu étouffes… 

C’est une bonne comparaison, mais je te déconseille d’enfermer qui que ce soit dans un

placard…

Non, je ne le ferai pas (rires) c’est juste une image. Tant que j’ai ma dose de rock n’roll, je peux supporter tout le reste, ce n’est pas facile à décrire mais… tu comprends.

Oui, je suis pareil alors je comprends... Et le fameux dernier mot pour tes fans et nos

lecteurs?

Il y a le groupe d’un côté, et les fans de l’autre. C’est un travail d’équipe. En fait, les fans sont comme les musiciens, ils ont un boulot, une famille, mais la musique fait partie d’eux. Et c’est très important pour moi de partager ce sentiment en rencontrant les fans chaque soir… merci à eux, à vous.

 

Un grand merci a Mike pour sa disponibilité, ainsi qu'a Steph (photos) et Marc, qui m'a aidé a préparer l'interview

 www.miketramp.dk





 


JSSEntretien avec Jeff Scott Soto

(ex Rising Force, Axel Rudi Pell, Soul SirkUS, Journey...)

Réalisé le 14 juillet 2011 à Pratteln (CH)

 

Parlons d’abord de ton actualité, tu n’as aucun nouvel album à promouvoir, qu’est ce qui t’a décidé à partir sur les routes « les mains vides » ?


On m’a demandé de jouer au Bang Your Head Festival (à Balingen, Allemagne) et j’ai dit que je ne le ferais que si on pouvait trouver d’autres shows avant en guise de répétition. Je n’avais pas joué avec mon groupe depuis plus d’un an, la dernière fois c’était au Brésil et je ne voulais pas les faire venir ici juste pour une répétition et un seul show. On m’a dit que ce serait difficile vu que beaucoup de clubs et de salles sont fermés en été à cause des festivals justement, mais nous avons finalement pu décrocher quelques concerts en guise d’échauffement pour le Bang Your Head. Bien sûr on joue plus longtemps en tête d’affiche qu’en festival, donc on a du travailler plus de titres, mais c’est une chance pour moi, car quand on m’a dit que nous aurions certainement un show en Suisse, j’étais super content parce que je suis venu avec Journey, Soul SirkUS et le TSO, mais jamais tout seul chez vous, et tous les clubs que nous avons fait ces derniers jours sont tous des endroits ou je n’avais jamais été lorsque je tourne en solo, donc c’est cool.

 

Quand tu joues en tête d’affiche, tu es devant ton public, mais pour un festival typiquement heavy metal comme le Bang Your Head, n’as-tu pas peur de la réaction des fans de ce genre, justement, et est ce que tu changes la set list en fonction de ça ?


itw_2

Je n’ai peur de rien ! (rires). Non sérieusement, quand nous faisions la promo pour ces quelques shows, j’ai bien insisté pour que ce soit spécifié, et que les gens qui viendraient sachent que ce serait un set orienté heavy/rock. Je pense donc que cela collera bien pour le BYH.


Peux-tu nous présenter les musiciens qui partagent la scène avec toi sur ces quelques dates ?


Il y a deux Brésiliens et deux Espagnols. J’ai rencontré BJ, le clavier et guitariste rythmique et Edu, le batteur lorsque j’ai tourné au Brésil pour la première fois en 2002. Ils jouent dans un groupe qui s’appelle Tempestt, qui est devenu mon groupe pour le Brésil car je n’avais pas pris mes musiciens habituels avec. BJ, est le chanteur de Tempestt, il est très bon, et vu que toutes mes chansons demandent beaucoup de puissance au niveau des voix, il est deuxième chanteur, en plus d’assurer les claviers et la rythmique, ce qui rajoute un élément que je n’ai jamais eu auparavant. Edu, le batteur est un des plus talentueux batteurs avec qui j’ai bossé, quand j’ai pu finalement le faire venir il était très enthousiaste de bosser avec moi. Ils étaient donc tous sur la liste pour le nouveau line up dans mon groupe et j’aurais du avoir Gary Schutt, qui est mon bassiste depuis longtemps, et également très bon guitariste. Il aurait du assurer la guitare sur la tournée mais d’autres obligations se sont présentées à lui et il n’a donc pas pu venir alors que la tournée était planifiée. Je me suis retrouvé coincé et alors que nous avions ce concert prévu avec mon ami Jorge Salan (artiste solo espagnol) qui était prévu afin d’enregistrer le DVD, je lui ai demandé (à Jorge) s’il ne connaîtrait pas quelqu’un, susceptible de prendre la place de Gary à la guitare pour la tournée, et il m’a répondu qu’il serait partant pour le faire lui, il a pris Fernando, son bassiste avec, et c’est comme ça que mon nouveau groupe est né.

Donc ce sera également ces musiciens qui joueront sur ton prochain album solo?


Ils participeront à certains titres, et mon line up habituel à d’autres, il y aura aussi des invites parmi les gens avec qui je travaille. Je n’ai pas nécessairement besoin d’avoir les mêmes musiciens en studio et en live.

 

WET

BeautifulMessJ’en déduis donc que WET est mis en pause pour l’instant?


Mon dernier album solo, Beautiful Mess, est sorti en 2008, cela fait déjà trois ans. J’espère sortir le nouvel album encore cette année, sinon ce sera 2012, ce qui fait quatre ans. C’est beaucoup d’attente pour un album solo, alors oui, définitivement, je me concentre déjà sur cet album, et ensuite on pense écrire un nouvel album avec WET.


Je prendrai mon mal en patience donc…

Oui (rires), mais tu sais, c’est mieux d’attendre que nous ayons deux albums, avec un seul, il nous faudrait faire des reprises, ou jouer des morceaux de Talisman ou Eclipse pour remplir un set complet. Tandis que si nous avons deux albums nous pourrons faire un set constitué de morceaux de WET uniquement.

 

C’est juste. Tu as collaboré avec une longue liste de guitaristes depuis tes débuts. Tu peux nous dire la collaboration qui t’a le plus marqué et pourquoi?


Je dirais que le moment le plus marquant fut le plus court, à savoir quand j’ai joué avec Brian May et Roger Taylor (Queen) à Los Angeles après leur introduction sur le Hollywood Walk Of Fame, nous avons joué deux, trois morceaux ensemble, dans un petit club c’était comme un jam, après la grosse présentation de rock star à Hollywood et tout ça, c’était un rêve pour moi que de pouvoir partager la scène avec mes héros. Bien sûr j’ai beaucoup de héros, mais c’était sans aucun doute le moment de ma carrière qui m’a le plus marqué de jouer avec eux.


Tu m’étonnes… Est ce qu’il y a un musicien avec qui tu n’as pas encore travaillé et avec qui tu aimerais concrétiser une collaboration dans le futur?


J’adorerais travailler avec Nuno Bettencourt (Extreme). Pour moi il est un des meilleurs guitaristes, pas forcément au niveau technique, mais par sa façon de penser. Il « pense guitare » comme je pense en tant que chanteur, et j’aimerais bien savoir ce que cela donnerait si on collaborait ensemble. Il aurait du participer à un morceau sur mon nouvel album solo, mais il est super occupé en ce moment, il tourne avec Rihanna, ensuite ils vont préparer le nouvel album d’Extreme, et il est aussi censé produire des groupes… Ce sera pour la prochaine fois.


rockstarA propos de projets… Mike (Matijevic) de Steelheart et toi avez partagé les voix du groupe fictif Steel Dragon dans le film Rock Star, tu penses, comme beaucoup de fans le demandent, qu’il serait possible qu’un jour, vous fassiez un concert avec les musiciens de Steel Dragon, à titre d’évènement unique, et est ce que tu aimerais que ca se fasse?


Le truc marrant, c’est que lorsque nous enregistrions l’album, c’était dans les plans que Steel Dragon parte en tournée après la sortie du film si celui-ci avait du succès. On était tous très enthousiastes à l’idée que cela se fasse, j’aurais adoré partager la scène avec Zakk (Wylde, guitares, ex Ozzy, Black Label Society…), Jeff (Pilson, basse, ex Dokken, Foreigner) et Jason (Bonham, batteur, ex Foreigner, Black Country Communion), mais le film est sorti aux Etats Unis le week end juste avant le 11 Septembre… même si le film a eu un très bon accueil, ce jour a eu un tel impact sur tous les plans, sur tout le pays, et le monde… que l’éventuelle tournée de Steel Dragon a été mise au placard. Je parlais avec Zakk il y a environ huit mois, et tant lui que moi, nous serions toujours partants pour…

itw_header

Je croise les doigts alors ?


Bien sûr, on ne sait jamais (sourire)


Un dernier mot pour tes fans et nos lecteurs ?


Mon dernier mot est toujours le même que le premier, merci, merci merci, à tous les gens qui viennent me voir en concert, qui achètent mes albums et qui me permettent de vivre de ce que j’aime faire, il n’y a pas de mots pour exprimer la reconnaissance que j’ai envers eux…

 

 

 

Un grand merci à Jeff, évidemment ainsi qu'a Frank pour leur gentillesse et disponibilité :) www.jeffscottsoto.com

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------

 

Entretien avec Joe "Y'know??" Stump (guitares) de HolyHell

(réalisé le 23 janvier 2010 à Offenbach (D)

Comment s'est formé le groupe HolyHell?

Le concept vient de Maria (Breon, chant), elle a rencontré Joey (DeMaio, bassiste de Manowar) alors qu'il bossait sur

un album live, à la fin des 90's, et ils ont commencé de travailler ensemble sur un groupe dont elle serait la chanteuse, et différents musiciens de studio et compositeurs les ont aidés, afin de trouver des membres à ce groupe. J'ai rencontré Joey en 2005, lorsque Jack Starr travaillait sur un album solo après son départ de Virgin Steele, que Joey produisait, ils m'ont appelé pour des parties de guitares, et il m'a parlé de ce projet de groupe de metal à chanteuse, afin de savoir si je serais interessé, car ils avaient déjà Rhino (ancien batteur de Manowar), et je nous ai trouvé un bassiste, Jay Rigney, que je connaissais déjà. Francisco Palomo, aux claviers nous a ensuite rejoint et le groupe était au complet.

Quelle est la réaction des fans et des médias depuis la sortie de votre album très attendu?

Très bonnes, l'EP Apocalypse avait déjà été très bien reçu à sa sortie en 2007, et l'album reçoit de bonnes critiques partout,les fans l'apprécient également, donc que du positif. Rhino

Vous tournez avec Manowar, comment se passe le début de cette tournée?

Super, en Allemagne particulièrement, car nous avons tourné ici plus que n'importe où ailleurs, on se sent ci chez nous, tu sais l'album n'est encore pas distribué partout alors qu'ici il est disponible depuis mars 2009, ce qui nous a permis d'acquérir une fanbase solide. Et chaque soir, nous en avons des nouveaux, qui viennent au concert pour Manowar mais achètent aussi notre album car ils ne l'ont pas, et le public est très enthousiaste. 

Pour un nouveau groupe comme HolyHell, le fait d'être sur un gros label comme Magic Circle Music apporte je pense des avantages, tu peux nous en dire plus?

C'est sur, pour un petit groupe, d'être inclus dans un package comme celui ci (Manowar, HolyHell et Metalforce), forcément c'est génial, ça nous met le pied à l'étrier, car en temps normal, un groupe qui démarche une maison de disque, même s'il se fait signer, ne se retrouve généralement pas sur une affiche comme celle ci, qui plus est ils supervisent tout, le merchandising, les dépenses de tournée, et nous avons également le même ingénieur son et lumières que Manowar, donc nous bénéficions des mêmes conditions scéniques qu'eux. On est chanceux, je crois que cela pourrais difficilement être mieux.

Comment faites vous pour définir la setlist, et quels sont les morceaux les plus appréciés du public ?

C'est principalement Francisco et Maria qui s'en occupent, et comme nous avons pas mal tournés dans les festivals l'année passée, nous avons eu l'occasion de jouer divers morceaux, mais l'intérêt est général, ce qui nous permet donc de ne pas trop écarter de morceaux, et de varier le set.

L'album parle beaucoup de la guerre entre le bien et le mal. D'où vous vient l'inspiration pour les textes?

Bah, Maria serait mieux placée pour te répondre que moi mais je vais essayer d'y répondre au mieux, je dirais qu'elle prend l'inspiration partout ou il y en a, que ce soit les livres ou les films, ce qu'elle ressent en elle, moi j'écris la musique, elle a beaucoup de sources d'inspiration.

Penses tu que vous allez continuer dans cette direction ?

Oui c'est probable que le thème se retrouve sur le prochain album mais sans pour autant que ce soit une répétition incessante, on n'a pas envie de tourner en rond.

Quelle est l'implication de Joey (DeMaio) dans votre musique ?

C'est lui qui a produit notre album, et il s'est occupé du mixage aussi, il a également contribué à l'écriture de certains textes, notamment Eclipse. Il est très polyvalent, et perfectionniste.

Vous êtes également connus pour reprendre pas mal de classiques du métal, comme Holy Diver (Dio), Dream On (Aerosmith), etc... penses tu les sortir officiellement en CD?

Je ne pense pas, nous aimons reprendre ces morceaux sur scène, pour le fun et pour rendre hommage aux groupes qui nous ont marqué, mais sortir un album de reprises.. non. Sur le set en ce moment on reprend un morceau de Pat Benatar, Maria est une grande fan de Benatar, ce qui fait qu'un de ses morceaux se retrouve sur notre set. Quelqu'un m'a fait remarquer que il y'a longtemps, quand je jouais dans un groupe de reprises, je jouais déjà ce morceau, alors que ça remonte à longtemps. Quand il est sorti dans sa version originale, c'est devenu un hit, et on (avec mon groupe) le reprenait régulièrement... les années ont passées et je le joue encore.

Holy Hell en dédicace, Offenbach (D)

Beaucoup de gens vous mettent dans la catégorie "groupe de metal a chanteuse", mais je trouve ça un peu réducteur, qu'est ce que tu en penses?

Oui, car évidemment nous avons une fille au micro, mais nous n'avons pas forcément les influences que d'autres groupes similaires à nous ont. Les guitares sonnent plus heavy metal traditionnel aussi, mais nous mélangeons un peu tous les genres, du classique au symphonique en passant par le baroque, ce que d'autres groupes ne font pas forcément. Je pense que c'est l'addition de tout ça qui nous différencie. Je dirais aussi que Maria chante avec plus de couilles que certains mecs.... enfin... t'as compris ce que je veux dire (rires)

Quels sont vos plans pour le futur? Une tournée en tête d'affiche?

Oui, nous aimerions bien faire une tournée des clubs, en Allemagne, et en Europe aussi, après la tournée Death To Infidels de Manowar. Et j'aimerais aussi faire des clinics... on verra.

Tu as récémment sorti un album solo, donc tu continues en parallèle?

Oui, j'ai une bonne carrière solo, Virtuostic Vendetta, mon dernier album, est paru en avril 2009 sur Lion Music, et Magic Circle Music ont sorti un best of, The Essential Shred Guitar Collection, également en 2009. et je continuerai, j'suis très occupé comme gars (rires)

Site Officiel HolyHell

----------------------------------

Entretien avec Tarek Maghary (chant) et Jan Raddatz (batterie) de Metalforce

(réalisé le 23 janvier 2010 à Offenbach (D)

Depuis le Magic Circle II (Festival organisé par Manowar tous les ans depuis 2007) Majesty est devenu Metalforce. Pourquoi?

Tarek: J'écrivais des nouveaux morceaux, et j'ai rêvé une nuit, je ne sais pas pourquoi, mais je voyais ce nom, Metalforce, devant moi. Je me suis réveillé en sursaut et je l'ai écrit sur un bout de papier, pour m'en souvenir le lendemain, mais je trouvais que ça sonnait bien pour un groupe de heavy metal. Bien sûr la première fois que nous sommes montés sur scène avec ce nom, les gens ont été surpris. Mais finalement, après deux trois morceaux, tout le monde a approuvé, ça sonne mieux que Majesty. Cette fois, on changera plus.

Comment as tu recruté le line up de Metalforce?

Tarek: Jan faisait déjà partie de Majesty, et pour les autres nous avons auditionné des musiciens, jusqu'à trouver ceux qui nous convenaient parfaitement, et le line up actuel est super, on s'entend tous bien et puis musicalement aussi, ça colle bien. Je crois qu'on tient le bon bout.

Oui, par contre explique moi, sur les photos promo et l'album, vous êtes 4. Mais depuis le Magic Circle III, vous avez un cinquième membre, guitariste additionnel. C'est juste pour la scène, ou il est dans Metalforce à temps complet?

Non, il est bien le cinquième membre, il s'appelle Josef Echter, et il a intégré le line up définitivement. Jusqu'à maintenant sur album toutes les parties de guitares étaient assurées par Tristan (Visser), mais dorénavant, Josef participera également. Tant sur scène que en studio, nous sonnons mieux avec deux guitares.

Quelle est l'implication des nouveaux membres dans l'écriture des titres?

Comme nous sommes signés sur Magic Circle Music, ils nous laissent tout le temps et la liberté pour créer, ce qui fait que nous participons tous.

Majesty était plus populaire en Allemagne que partout ailleurs, tu penses qu'en changeant de nom, cela peut vous aider à passer les frontières?

Oui j'espère, c'est aussi pour cela que c'est une bonne opportunité d'ouvrir pour Manowar, cette année normalement nous jouerons dans différents pays avec eux. cela va nous aider grandement je pense.

Les nouveaux titres de Metalforce sont plus heavy que ce que Majesty a fait, pensez vous continuer dans cette direction?

Je ne sais pas, nous ne prévoyons vraiment pas à l'avance, la composition vient au feeling... on verra bien ce qui sortira. Desfois je me réveille en plein millieu de la nuit, avec une idée en tête, j'apelle alors Jan, et je lui dit viens au studio, il faut qu'on enregistre de suite.
Jan: oui j'aime beaucoup... quand on me réveille comme ça (rires)

Comment est reçu Metalforce par le public de Manowar?

Jan et Tarek ensemble: très bien, jusqu'à aujourd'hui, les fans apprécient tous, on est très contents.

Vous jouez encore actuellement des titres de Majesty, mais est ce que dans le futur, vous concentrerez le set sur les titres seulement de Metalforce?

Non, car Majesty représente les débuts de Metalforce, donc il n'y a pas de raisons de faire passer les anciens titres à la trappe. Je pense que les fans qui connaissent le groupe depuis les débuts ont aussi envie d'entendre les vieux titres, bon après c'est clair qu'on ne peut pas contenter tout le monde, il faudrait jouer 5h (rires), mais on va garder les deux répertoires

Avez vous eu des mauvais retours de la part d'anciens fans de Majesty ?

Tarek: non, pas plus que ça. Il y a bien des irréductibles
Jan: oui mais ceux ci, lorsqu'ils viennent nous voir, au bout de quelques titres, finalement sont convaincus.
Tarek: oui, si vous avez des doutes, venez nous voir. Vous repartirez contents. Enfin jusqu'à maintenant ça marcheSmile

Vos plans pour le futur?

Bah, jusqu'a présent, pour le nouvel album, nous avons écrit je crois plus de 30 titres, et comme évidemment on ne pouvait pas tout mettre sur un seul cd, on a gardé les démos, et donc on a pas mal de matériel. Cela devrait nous avancer pour un prochain album... c'est le cycle logique"album-tournée-album-tournée" en fait, on vit pour ça, et ça nous plait, pourquoi pas une tournée en tête d'affiche.

Site officiel Metalforce